L'attachement anxieux ambivalent : qu'est-ce que c'est et que puis-je faire ?

L’attachement anxieux ambivalent : qu’est-ce que c’est et que puis-je faire ?

Dans cet article, je vous dirai ce qu’est l’attachement anxieux ambivalent, ce qui le provoque et ce qu’il implique.

Quelle est l’importance d’un attachement ambivalent ou non ?

Généralement, lorsque le terme d’attachement est évoqué, c’est dans le contexte d’un couple. C’est généralement à ce moment-là qu’une série de réactions émotionnelles et d’insécurités deviennent apparentes.

Définition

Le fait d’avoir ce type d’attachement n’implique pas que ses conséquences se manifestent exclusivement dans le contexte de la relation. Pourtant, les personnes qui souffrent de cette anxiété relationnelle sont généralement des personnes qui, lorsqu’elles ne sont pas plongées dans un lien, mènent une vie parfaitement normale. Les problèmes commencent lorsque la liaison commence.

J’espère que cet article vous aidera à comprendre ce qui vous arrive. Le comprendre ne le guérira pas, mais cela peut vous donner des outils pour au moins mettre des choses en place et commencer à vous réguler.

Qu’est-ce que l’attachement insécurisant ?

Tout d’abord, je vais vous dire brièvement ce qu’est l’attachement, d’où vient ce concept et comment le style d’attachement des personnes a été étudié. Peut-être que lorsque vous lirez cette première partie, vous penserez que je m’emballe, mais donnez-moi du temps, je pense que le contraire serait de commencer la maison par le toit.

Le fameux détachement

De nombreuses personnes présentant un attachement insécurisant connaissent des relations de dépendance émotionnelle à l’âge adulte. Aujourd’hui, ce qui est “à la mode”, c’est la fameuse pratique du détachement.

Sous l’effet de la culpabilité que génère la dépendance, il est facile de finir par penser que la bonne chose à faire est d’encourager l’indépendance émotionnelle. Pensez-vous que cela soit juste ?

Ai-je un attachement anxieux ?

Lorsque nous parlons d’anxiété et d’attachement (également appelé attachement ambivalent insécurisant), les gens pensent souvent que je veux dire que je suis anxieux. Et en partie oui, mais en partie non, en tout cas pas l’anxiété dont nous parlons habituellement. Les symptômes sont très similaires, enfin ce n’est pas qu’ils sont similaires, c’est qu’ils sont les symptômes de l’anxiété. La différence est qu’ils sont dirigés et agissent en relation avec une autre personne.

C’est là que l’attachement entre en jeu. L’attachement affectif est la relation que nous établissons avec nos principaux soignants ou référents dès notre naissance. En général, ces référents ont tendance à être nos parents.

C’est en fonction de l’affection, de l’attention, de l’appréciation, de la protection et d’une foule d’autres choses que s’établit notre type d’attachement. D’une certaine manière, cela nous aide à apprendre ce que nous pouvons attendre des relations et à nous autoréguler.

L’expérience de la situation étrange de Mary Ainsworth

Ainsworth et Bowlby sont deux des plus grands représentants de la théorie de l’attachement. En particulier, Ainsworth a conçu ce qui est connu aujourd’hui comme l’expérience de la situation étrange. Il a déduit de cette expérience qu’il existe trois principaux types d’attachement entre les enfants et leur mère : l’attachement sécurisant, l’attachement ambivalent et l’attachement évitant. Le modèle d’attachement ambivalent est également connu sous le nom d’attachement insécurisant ou anxieux.

En résumé, dans l’expérience d’Ainsworth, des nourrissons âgés de 1 à 3 ans ont été exposés à des situations anxiogènes ou génératrices de confusion. Par la suite, lorsque la mère est revenue, ils ont vérifié si sa présence les avait calmés.

Ils se sont rendu compte que les enfants qui présentaient ce qu’ils avaient initialement qualifié d’attachement préoccupé ne parvenaient pas à se calmer en sa présence. Au lieu de cela, ils ont continué à se sentir mal, à avoir des réactions ambivalentes qui alternent entre des crises de colère et le besoin de s’attacher encore plus.

La première conclusion est claire, les personnes ayant un attachement anxiogène auront plus de difficultés à se réguler émotionnellement en raison de leurs expériences précoces. Cela aura un impact sur leur développement émotionnel.

La façon dont on nous a appris à nous réguler, nous nous régulons.

C’est l’une des explications possibles du fait que certaines personnes ne se sentent pas capables de gérer leurs émotions. Tout comme on nous a appris à nous réguler et que nous nous sommes régulés, nous nous régulerons plus tard dans la vie adulte.

La raison pour laquelle ces mères n’étaient pas de bons régulateurs et de bonnes sources de sécurité est que, généralement, face à une abréaction émotionnelle de la part de l’enfant, leur réponse n’était pas la plus appropriée.

L’attachement ambivalent et anxieux du nourrisson

Les personnes qui favorisent ce type d’attachement chez les enfants sont généralement des personnes qui ne savent pas se réguler. Ils réagissent par la peur, l’hystérie ou même la rage lorsqu’ils sont témoins des émotions de leurs enfants.

En outre, ils peuvent être parfois très envahissants et contrôlants, et à d’autres moments, ils peuvent ne pas être émotionnellement réceptifs. Cela crée de l’incertitude et de l’ambiguïté au sujet de l’obligation. Les enfants qui ont un attachement insécurisant à leurs fournisseurs de soins ont tendance à être immatures pour leur âge.

L’attachement existe-t-il chez les adultes ?

Certaines personnes pensent à tort que l’attachement adulte implique un problème de dépendance émotionnelle. Vous connaissez peut-être l’expression “il faut pratiquer le détachement”.

Cependant, l’attachement adulte est une condition humaine et il est inacceptable. Avoir des besoins qui doivent être satisfaits par d’autres, comme l’affection, le soutien ou d’autres besoins, est tout à fait sain et normal.

La question est de savoir comment nous nous attachons. Si je suis un adulte, il serait incohérent que, par exemple, j’aie besoin d’une personne constamment à mes côtés pour effectuer mes tâches personnelles. D’autre part, il n’est pas malsain que, si j’ai passé une mauvaise journée au travail, j’aie besoin de parler à mon partenaire et/ou à mes amis pour leur en parler et me défouler.

Surmonter l’attachement ambivalent et anxieux

Comme vous le savez, j’imagine, nous ne pouvons pas cesser d’être ce que nous sommes ou effacer ce que nous avons vécu. Cependant, nous pouvons en faire quelque chose de nouveau.

Notre mode d’attachement peut s’orienter vers un attachement sécurisé, mais pour cela, il faut aussi savoir choisir la personne avec laquelle nous allons nous lier. Si, par exemple, la personne est distante et émotionnellement inaccessible, il est beaucoup plus difficile pour nous de former un attachement sûr.

Changer notre façon de nous attacher implique de modifier la façon dont nous nous régulons émotionnellement, dont nous exerçons un contrôle et dont nous communiquons. Les besoins d’une personne à l’attachement sécurisant et d’une personne à l’attachement sécurisant ne sont pas si différents ; elles demandent toutes deux la sécurité. Ce qui diffère, en revanche, c’est la manière dont ils demandent et exigent la sécurité.

Que fais-je avec ce que je ressens ? Quelles sont mes réactions ? Quelle serait la manière saine de gérer ce que je ressens ? sont quelques-unes des questions que nous pouvons commencer à nous poser.

Comme il ne s’agit que d’un post, si vous voulez en savoir plus sur les différents types d’attachement, de dépendance et sur la façon de travailler sur tout cela, je vous recommande de jeter un coup d’œil à ce cours.

Conséquences de l’attachement anxieux ambivalent

En général, les conséquences les plus visibles de l’attachement anxieux ambivalent se situent au niveau du partenaire. Cependant, avoir ce type d’attachement implique une manière de se rapporter au monde. Par exemple, avec la nourriture.

Livres sur l’attachement

Chaque fois que je traite d’un sujet, j’aime toujours recommander des livres à ceux qui veulent l’approfondir. J’ai lu beaucoup de livres sur l’attachement et il y en a plusieurs que j’aime pour différentes raisons, et chacun d’entre eux vous apporte quelque chose de différent.

Je vais vous recommander ici quelques-uns des meilleurs livres sur l’attachement, en fonction de ce que vous recherchez.

Un autre livre très intéressant sur la codépendance et l’attachement est “Attachement Féroce” de Vivian Gornick. Bien qu’il s’agisse d’un roman, nous pouvons également en tirer de nombreux enseignements.

  • Attachement féroce
    8,00 €

L’attachement anxieux évitant existe-t-il ?

Si, il y en a un. Dans cette vie, tout n’est pas noir ou blanc, même si, par souci d’économie mentale, notre cerveau veut parfois le voir ainsi. Il est possible que beaucoup d’entre nous se voient s’attacher de manière anxieuse, et d’autres de manière évitante, et nous pensons alors, qu’est-ce qui ne va pas chez moi ?

Cependant, ce n’est pas si rare. Il est fréquent, par exemple, que lorsque nous avons passé un mauvais moment avec une personne dont nous nous sentions très dépendants (attachement anxieux ambivalent), nous nous construisions une carapace et ne laissions personne entrer (attachement anxieux évitant). Ainsi, nous pouvons nous retrouver à avoir un type d’attachement basé sur l’anxiété et un autre basé sur l’évitement avec des personnes différentes.

Qu’est-ce que l’attachement évitant ?

L’attachement évitant ou attachement évitant, en bref, est le contraire de l’attachement anxieux. Alors que dans l’attachement insécurisant ou ambivalent, la personne “court après quelqu’un d’autre”, dans l’attachement évitant, la personne s’enfuit ou s’éloigne.

L’évitement est un mécanisme de défense, où l’objectif est avant tout de préserver une indépendance et une autonomie totales. Les personnes souffrant d’attachement évitant ont du mal à lâcher prise car elles ne sont pas capables de montrer leur vulnérabilité ou de déléguer leurs émotions à d’autres personnes.

L’attachement évitant s’apparenterait à une absence d’attachement, car la personne a appris à s’organiser de manière totalement indépendante et sans attendre de soutien, de compréhension et d’attention de la part de l’autre.

Qu’en est-il de l’attachement désorganisé ?

De tous les types d’attachement, l’attachement désorganisé a les conséquences psychologiques les plus graves. Ce type d’attachement est le plus fréquent dans le trouble de la personnalité borderline.

La personne dont l’attachement est désorganisé a de graves problèmes d’attachement, car d’une part, elle a besoin des autres avec ferveur et anticipe leur abandon, mais d’autre part, elle n’est pas capable de laisser entrer les autres et de s’abandonner.

La dépendance émotionnelle est un symbole d’incertitude

Dans le paragraphe précédent, je viens de vous donner la clé pour comprendre la dépendance affective. Lorsque nous avons un aidant qui se comporte de cette manière, cela génère un doute permanent : est-il disponible ou non, m’aime-t-il vraiment ou non ?

Ce mode de relation de la part de l’aidant génère beaucoup d’insécurité par rapport au lien, car il n’est pas certain de bénéficier d’un soutien inconditionnel. À un moment, ils sont très affectueux et présents, et à un autre, ils peuvent être absents, en colère ou rejetés.

Cela amène la personne dépendante à développer un système d’alerte constant, où elle surveille la continuité du lien et le comportement de l’autre personne. Il existe une peur constante du rejet, de la perte ou de l’abandon de la personne aimée. Il est fréquent de confondre le désir pour l’autre personne et sa propre insécurité.

L’attachement dans le couple

Sûrement, alors que je vous parlais des réactions que les enfants développent par rapport à leurs parents, si vous avez subi un épisode de dépendance affective dans votre vie, cela a résonné en vous.

Le fait est que si nous avons ce type d’attachement, lorsque nous rencontrons ou nous attachons à quelqu’un, tout ce circuit d’anxiété est activé. L’attachement anxieux dans un couple est un signe d’insécurité, d’incertitude…

Il se peut que ce ne soit pas au début. Les premiers mois d’une relation sont généralement pleins d’attention et de romantisme. Lorsque l’intensité diminue et que l’autre personne commence à se montrer telle qu’elle est réellement et à se comporter de manière plus distante, c’est à ce moment-là que les réactions d’hyperexcitation commencent chez la personne dépendante.

Les dépendances sont de plusieurs types :

L’un des problèmes lorsque l’on parle de dépendance est que l’on met dans le même sac de nombreux aspects différents.

La dépendance affective signifie qu’une partie de nous : notre estime de soi, notre capacité à nous réguler, notre sécurité ou d’autres choses, est placée dans une autre personne. En d’autres termes, elle ne dépend pas de nous.

J’entends souvent les personnes qui ont connu un état de dépendance affective se faire dire “vous ne savez tout simplement pas être seul”, alors que parfois cela n’a absolument rien à voir.

Il est vrai que beaucoup de gens fuient la solitude. Mais de nombreuses autres personnes qui ont ces réactions anxieuses, lorsqu’elles ne sont pas avec quelqu’un, sont des personnes asymptomatiques.

L’attachement anxieux dans les couples : traitement

L’attachement anxieux dans les couples est souvent une source de discorde et une raison de rupture. La question qui se pose souvent dans ces cas-là est la suivante : est-ce mon problème ou devons-nous suivre une thérapie de couple ensemble ?

Généralement, les personnes qui ont ce type d’attachement en couple vivent la situation comme si le problème était généré uniquement par elles. En fait, c’est généralement la conclusion à laquelle arrivent les couples : “Allez voir un professionnel pour vous aider”.

Du moins, d’après mon expérience, j’ai rencontré cette situation à plusieurs reprises. En creusant un peu plus, j’ai compris que la responsabilité était loin de reposer uniquement sur la personne dépendante. Cela signifie-t-il qu’il n’est pas bon de faire une démarche personnelle ?

Loin de là, cela signifie qu’un couple est comme un système, et que lorsque cela ne fonctionne pas, ce n’est jamais seulement une question d’un des partenaires, mais de la réciprocité entre les deux.

La relation évitant-anxieux

Pour une raison que nous n’avons pas encore pu certifier, les personnes souffrant d’un attachement ambivalent ont tendance à choisir ou à se fixer sur des personnes qui ne sont pas très présentes sur le plan émotionnel ou qui entretiennent des relations intermittentes (le classique donnant-donnant).

Cette façon de choisir provoque ce que nous appelons en psychologie une re-traumatisation, car c’est comme revivre l’expérience d’attachement précoce que nous avons vécue. C’est le genre de relations qui réactivent l’insécurité et le besoin de contrôle de la part de la personne qui commence à avoir une relation de dépendance.

Pourquoi choisit-on ce type de personnes ?

Habituellement, ce type de personne ne se montre pas comme tel au début, mais précisément le contraire : attentive, disponible, affectueuse, flatteuse… Lorsqu’elle commence à se retirer affectivement, c’est que la partie anxieuse du partenaire est simultanément activée.

Lorsque nous sommes anxieux ou obsédés par une autre personne, nous avons tendance à prendre cette réaction pour de l’amour. Le fait de désespérer de l’attention et de la présence de l’autre n’est pas le signe que l’on tombe amoureux, mais celui de nos blessures personnelles.

Cependant, il arrive souvent que nous finissions par associer le fait d’être amoureux à un certain degré de souffrance et d’obsession. Ainsi, si nous rencontrons quelqu’un et que nous ne nous sentons pas comme ça, nous pouvons penser que nous ne nous sentons pas assez.

Symptômes et signes de la dépendance affective

Enfin, je vais vous donner une liste des symptômes et des signes les plus fréquents qu’une personne à l’attachement ambivalent manifeste dans une relation de couple. Si la plupart d’entre eux vous semblent nombreux, tous les signes indiquent que vous avez un attachement anxieux :

  • Penser constamment à votre partenaire. Le partenaire devient le centre d’attention. Qu’il s’agisse de savoir où ils sont et avec qui, ou d’essayer de comprendre leur comportement. Ces pensées obsessionnelles peuvent devenir très invalidantes et causer beaucoup de détresse.
  • Sentiment de culpabilité et d’auto-responsabilité pour le comportement distant de l’autre personne.
  • Penser que personne ne me supportera. Des sentiments intenses de jalousie ou d’autres sentiments qui conduisent souvent à un excès de contrôle.
    Besoin urgent et permanent de retrouver le lien et la présence physique avec le partenaire.
  • Comportement agressif passif. Tente de ne pas perdre le contrôle de ses émotions et finit par exprimer sa frustration de manière inappropriée.
    Attendre passivement que l’autre personne change.
  • Hypervigilance des réactions de l’autre et contrôle excessif de ce que l’on dit et fait soi-même.
  • Fixation constante sur le comportement du partenaire et accumulation de ressentiment.
  • Peur d’exprimer ce que l’on veut vraiment et, par conséquent, de trop s’adapter à son partenaire.
  • La peur de fâcher ou de contrarier votre partenaire et que cela le/la pousse à partir.

Si vous vous êtes identifié à cette liste, il y a quelque chose de positif que nous pouvons en retirer. Nous savons ce qui vous arrive et maintenant ça a un nom. Il y a une explication et ce n’est pas que vous êtes fou, c’est une réaction tout à fait humaine. Et surtout, elle peut être travaillée et réparée grâce à un traitement psychologique.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.