Qu’est-ce que le frontofocomètre ?

Pour l’assistant d’opticien, il est très important de connaître les différents appareils et instruments que l’opticien a dans son cabinet. L’un de ces appareils est le frontofocomètre, également appelé lensmeter ou focusmeter.

Le frontofocomètre est le résultat de l’évolution de plusieurs appareils de la seconde moitié du XIXe siècle. Le premier de ces appareils est le photomètre, un instrument destiné à mesurer l’intensité des rayons photogéniques inventé en 1848 par Antoine Claudet.

Un an plus tard, en 1849, Claudet construit le photomètre, un instrument dont le but est d’assurer une mise au point parfaite dans les portraits photographiques. En 1876, Hermann Snellen a introduit un phacomètre, un appareil dont la configuration était similaire à celle d’un banc optique et qui permettait de mesurer la puissance et de trouver le centre optique d’une lentille convexe.

Troppman est allé plus loin et, en 1912, a présenté le premier instrument de mesure directe. En 1922, un brevet a été déposé pour le premier compteur à lentille de projection, avec un système de mesure de lentille standard qui projette la cible de mesure sur un écran, éliminant la nécessité de corriger l’erreur de réfraction de l’observateur dans l’instrument et réduisant également la nécessité de regarder dans un petit télescope sur l’instrument.

A quoi sert le frontofocomètre ?

Le frontofocomètre est utilisé pour déterminer le centre optique et la mesure de la puissance (dioptrie) d’une lentille ophtalmique, ainsi que pour déterminer la direction du cylindre. Il est principalement utilisé pour marquer les verres ophtalmiques avant le meulage, en fonction de la monture choisie par le client.

Le frontophocomètre permet de marquer le centre et l’axe de l’astigmatisme, ce qui facilite l’adaptation des verres ophtalmiques dans la monture en fonction de la physionomie du porteur.

Une curiosité : en anglais, le frontofocomètre est appelé ” lensometer “, que l’on peut traduire par ” compteur de lentilles “. Il fait partie de l’instrumentation de base de tout magasin d’optique, car il est utilisé pour la graduation de la vue.

Types de frontophotomètre

Les frontofocomètre peuvent être manuels ou numériques. Dans les frontofocomètre manuels, vous voyez un test sous forme de points et de bandes. Lorsque vous insérez l’objectif avec lequel vous voulez travailler, le test devient flou. Vous devez ensuite tourner une roue jusqu’à ce que le test redevienne net.

Ceci est réalisé grâce à un mécanisme impliquant différentes lentilles et sources de lumière. Une fois le test mis au point, un tableau indique la graduation, il faut donc déplacer l’objectif jusqu’à obtenir le centre optique.

Dans les frontofocomètre numériques, il n’est pas nécessaire de prendre des mesures, car la machine les effectue automatiquement.

Le frontophotomètre et l’assistant optique

Il est essentiel que l’assistant optique connaisse le frontofocomètre, tant le frontophotomètre à vision directe ou à lecture interne que le frontophotomètre numérique. Une bonne formation offrira à l’étudiant une large vision des fonctions et de l’utilisation de cet appareil, puisqu’il est fondamental pour un bon réglage des lunettes des clients de l’opticien.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut