Ce que vous devez savoir sur l’anesthésie péridurale

L’anesthésie péridurale est sans doute la forme d’anesthésie la plus connue car elle est principalement utilisée lors des accouchements, bien qu’elle ne soit pas réservée à ces situations. Il y a certains détails que vous devez connaître si vous optez pour cette technique.

Pour de nombreuses femmes, la péridurale est considérée comme une solution idéale aux douleurs de l’accouchement et elles ne peuvent concevoir d’accoucher sans elle. Et c’est pourquoi l’anesthésie péridurale est toujours associée à ce moment.

L’accouchement est son utilisation la plus connue, mais la péridurale est largement utilisée dans les opérations qui nécessitent une anesthésie, comme la chirurgie abdominale ou de la prostate.

Quand doit-on administrer la péridurale ?

Dans le cas spécifique de l’accouchement, le moment de la péridurale est important. S’elle est administrée trop tôt, elle peut ralentir le développement du travail.

L’idéal est d’attendre que la dilatation soit déjà en phase active, c’est-à-dire environ 3 ou 4 centimètres de dilatation avec des contractions à la suite. La limite pour l’administrer serait de 8 centimètres de dilatation car on estime qu’elle met environ 10 à 20 minutes pour faire effet et ne pourrait plus couvrir le temps de l’accouchement.

S’elle est utilisée pendant la phase active du travail, elle réduit également certains des effets secondaires possibles.

Quelle est la dose administrée ?

Cela dépendra de la façon dont se déroule l’opération. S’il s’agit d’une césarienne, la dose sera logiquement plus élevée que s’il s’agit d’un accouchement naturel.

L’objectif de l’anesthésie péridurale est d’éliminer la douleur de la femme mais de la garder “connectée” à son travail en ressentant les contractions et en lui permettant de “pousser”. La quantité administrée rend cette perception plus ou moins évidente dans chaque cas.

Depuis quelque temps, les centres proposent l’option de la péridurale ambulatoire : ils essaient d’ajuster la dose du médicament de manière à ce qu’elle soit suffisamment faible pour ne pas affecter la mobilité ou la perception, mais suffisamment élevée pour supprimer, au moins partiellement, la douleur. L’avantage est que la femme peut mieux marcher ou bouger pendant le travail, et qu’elle peut sentir les contractions.

Si l’on choisit une péridurale à forte dose, on perd en sensibilité. Dans ce cas, le changement de position peut être compliqué, car la femme est immobilisée et les sensations sont engourdies.

Ensuite, il se peut que nous adoptions des positions trop forcées qui peuvent entraîner certaines lésions provoquant de l’inconfort et des douleurs, ce qui complique considérablement la période du post-partum immédiat.

Les effets secondaires possibles

La péridurale est efficace pour supprimer la douleur et procure un soulagement presque immédiat dans la plupart des cas, mais comme tous les anesthésiques, elle n’est pas sans effets secondaires possibles. Si elle doit être administrée, vous devez le savoir :

  • Elle allonge la durée du travail, oblige à surveiller de plus près le rythme cardiaque du bébé et, selon certaines études, elle augmente le nombre d’accouchements où il faut recourir aux forceps, ce qui peut accroître le risque de déchirure périnéale. La mère peut perdre la capacité de pousser, ce qui rend l’accouchement difficile.
  • Hypotension artérielle. Un épisode transitoire de tension artérielle très basse peut survenir chez la mère après l’administration, se traduisant parfois par une baisse du rythme cardiaque du bébé.
  • Vomissements : jusqu’à 30 % des femmes peuvent avoir des nausées après une anesthésie péridurale et 3 à 7 % peuvent avoir des vomissements.
  • Ponction hémorragique : écoulement du sang à travers l’aiguille péridurale.

Quelles sont les autres complications possibles ?

Les complications ne sont pas fréquentes mais sont possibles :

  • Perforation accidentelle de la dure-mère (membrane qui entoure et protège le cerveau et la moelle épinière). Cela se produit dans 1 à 4 cas sur 100. Lorsque cela se produit, cela provoque de graves maux de tête qui peuvent durer des jours ou des semaines. Dans ces cas, il est recommandé de rester allongé le plus longtemps possible et de boire beaucoup de liquide.
  • Injection accidentelle d’un anesthésiant dans le sang. Ceci est très rare et peut entraîner une perte de conscience.
  • Un hématome épidural peut se former. Elle comprime les nerfs de la zone et peut causer des problèmes momentanés lors de la marche.
  • Paresthésie : sensation désagréable associée à la ponction (picotements, crampes, etc.).
  • Rétention urinaire : due à un blocage du muscle détrusor de la vessie.
  • Lombalgie : surtout après des tentatives répétées avec des aiguilles de gros calibre.

Que faire si vous avez une déviation vertébrale ou un tatouage ?

Pour poser la péridurale, il faut ponctionner dans la zone lombaire, entre les vertèbres. S’il y a une déviation de la colonne vertébrale, la mise en place est plus compliquée, mais pas impossible. Elle nécessite une plus grande expertise de la part de l’anesthésiste. La technique est plus compliquée. La même chose se produit si le patient est obèse.

Que faire si vous avez une déviation vertébrale ou un tatouage ?

Les patients ayant des tatouages dans le dos peuvent également constater que le médecin peut leur déconseiller de les appliquer en raison du risque d’infection. Cela dépend de la taille du tatouage. Si la couleur occupe une grande surface, le médecin peut ne pas être en mesure de trouver un endroit optimal pour appliquer l’anesthésie.

Dans ces cas, il est possible de faire une petite entaille dans la peau pour y placer l’aiguille (bien que cela endommage un peu le tatouage). Mais il y a de plus en plus de professionnels qui considèrent que le risque d’infection est minime et ne refusent pas de le poser.

A-t-elle un effet négatif sur la mère ou le bébé ?

Il y a beaucoup de controverse au sujet de la péridurale lors de l’accouchement. Certains professionnels soutiennent que :

  • Elle augmente le nombre de césariennes car elle interrompt le processus naturel de l’accouchement.
  • Elle réduit l’allaitement. Certains médecins suggèrent que les mères qui accouchent sous péridurale sont plus susceptibles de ne pas allaiter ou d’abandonner prématurément l’allaitement.

La pratique consiste à donner une liberté totale à la mère de décider si elle le veut ou non.

  • Une autre légende veut que la péridurale provoque de la fièvre. Non, elle ne provoque pas de fièvre. Il se peut que la patiente souffre d’une infection antérieure et qu’elle ait de la fièvre, mais celle-ci n’est pas causée par l’anesthésie elle-même. Et les professionnels de santé adoptent une série de mesures hygiéniques pour éviter toute contamination lors de la pose du cathéter.

En ce qui concerne ses effets possibles sur les bébés, une étude réalisée par une équipe de scientifiques de l’université de Grenade en Espagne a conclu que les bébés nés de mères ayant pratiqué ce type d’anesthésie peuvent avoir un indice plus faible au test d’Apgar, un risque plus élevé de nécessiter des soins intensifs ou une moins bonne adhésion à l’allaitement. Bien que les chercheurs eux-mêmes disent que ces effets possibles doivent être étudiés plus avant.

À l’inverse, Katherine Wisner, chercheuse à la Northwestern University et auteur de l’étude Anethesia & Analgesia, affirme qu’en réduisant la douleur de l’accouchement pour la mère, celle-ci affronte la nouvelle maternité plus calmement et réduit ainsi le risque de dépression post-partum.
En outre, le fait que la femme soit plus calme pendant l’accouchement, disent certains spécialistes, fait que l’oxygénation que reçoit le bébé pendant ce processus est meilleure.

Comment la péridurale est-elle éliminée ?

Les anesthésiques locaux administrés lors d’une péridurale sont éliminés par métabolisme enzymatique. C’est-à-dire qu’ils sont absorbés par l’organisme et excrétés soit dans l’urine, soit dans la bile.

Quelle que soit la quantité utilisée, elle est éliminée du corps en 2 heures environ après le retrait du cathéter. Elle ne doit pas laisser de traces ou d’effets secondaires dans le corps après son retrait.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut